Get Adobe Flash player

رسالة اليوم من هدي الرسول

-        في بداية عام هجري، ما أحوج الأمة أن تهاجر إلى دروس الهجرة النبوية: تأسيس المسجد مكانا للعبادة ومنطلقا للدعوة، المؤاخاة بين المهاجرين والأنصار على رابطة الدين، بناء المجتمع المدني على قاعدة التعامل العادل بين مختلف فئاته، حياطة المدينة عن الأعداء المتربصين بها، هي الدروس التي نهاجر إليها مطمئنين إلى نتائجها، فليس في التاريخ حقبة معصومة سوى حقبة النبوة، ولا رشد إلا على منهاجها.

كتاب الرحمة في حياة الرسول

إقرأ مقالا من أكبر كتاب في العالم

فضل المدينة وسكناها

أضخم عمل عن الحرمين الشريفين

شاهد المدينة المنورة مباشرة

الرئيسية
Le Prophète Muhammad est-il l’auteur du Qur’an ? (Partie II) La substance même du Qur’an est un argument probant qui justifie sa paternité divine. Ceux qui allèguent qu’il s’agit de l’œuvre d’un individu ne disposent d’aucune preuve pour soutenir leur assertion. D’autres Écritures, du fait de l’altération humaine, font des affirmations que nous savons fausses. Par exemple, elles présentent un récit particulier de la création ou d’un phénomène naturel (par exemple, le Déluge) qui, à la lumière des données de la science moderne telles que les découvertes fossiles ou astronomiques, se révèle faux. Les gens ont altéré ces Écritures pour les adapter à leur perception des choses. Résultat, à la faveur des progrès scientifiques, leur perception et leurs Écritures alors dénaturées sont devenues peu pertinentes et obsolètes. Or, le Qur’an n’a pas fait l’objet d’une telle modification. Si le Qur’an avait été l’œuvre d’un homme, comment comprendre qu’il présente des récits littéralement exacts sur des sujets qui étaient tout à fait méconnus à l’époque de la révélation. Par exemple : [Ceux qui ont mécru, n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte ? Ensuite Nous les avons séparés […]] (21 AL-ANBIYA, 21:30) Ce n’est qu’au cours de ces dernières années que nous avons été en mesure de nous pencher sur le sens littéral de ce verset portant sur les premiers moments de la création de l’univers. De même, à la lecture du verset suivant : [Allah est Celui qui a élevé [bien haut] les cieux sans piliers visibles. Il […] a soumis le soleil et la lune, chacun poursuivant sa course vers un terme fixé. Il règle l’Ordre [de tout] et expose en détail les signes afin que vous ayez la certitude de la rencontre de votre Seigneur] (AR-RAAD, 13:2), Nous comprenons ces piliers invisibles comme de grandes forces centrifuges et centripètes qui entretiennent l’équilibre au sein des corps célestes. À partir de ce verset et bien d’autres du genre (55:5; 21:33, 38, 39; et 36:40), nous comprenons que le soleil et la lune disposent de durées de vie déterminées, que la force de la lumière s’est affaiblie ou va s’affaiblir, et qu’ils suivent des orbites qui ont été déterminés à la minute près. Le sens littéral de ces versets ne diminue en rien la responsabilité qui accompagne leur compréhension – que vous ayez la certitude de la rencontre de votre Seigneur. Le but de ces versets reste le même ; le seul changement se trouve au niveau de notre connaissance du monde des phénomènes. En ce qui concerne les anciennes Écritures, les progrès scientifiques ont plus que jamais exposé leur inexactitude et plus que jamais dénué de tout fondement les croyances qui les accompagnent. Or, c’est tout le contraire pour ce qui est du Qur’an – les progrès scientifiques n’ont aucunement ébranlé la compréhension ou la croyance, même pas en ce qui concerne un seul de ses versets. Au contraire, ces progrès ont plutôt amélioré la compréhension de plusieurs versets. Malgré tout, certaines personnes continuent à prétendre que le Prophète (Qu’Allah le bénisse et le salue) est l’auteur du Qur’an. En clamant qu’ils sont du côté du bon sens et de la raison, ils affirment quelque chose d’humainement impossible. Comment un homme du septième siècle aurait-il eu connaissance des choses qui n’ont été établies comme vérités scientifiques que très récemment ? Comment cela est-il humainement possible ? Comment comprendre qu’une telle affirmation provienne de gens doués de bon sens et de raison ? Comment le Prophète (Qu’Allah le bénisse et le salue) avait-il découvert, avec une précision anatomique et biologique confirmée que tout récemment, que le lait est produit au niveau des tissus mammaires ? Comment avait-il pu découvrir la manière dont se forment les nuages et les grêlons, ou déterminer la qualité fécondatrice du vent ou expliquer comment les masses de terre se détachent et les continents se forment et se reforment ? Avec quel télescope géant avait-il observé l’expansion physique en cours de l’univers ? Avec quel équivalent d’observation radiologique avait-il été en mesure de présenter de façon aussi détaillée les différents stades du développement de l’embryon dans l’utérus ? L’autre preuve de l’origine divine du Qur’an réside en ce que ses prédictions se réalisent. Par exemple, les Compagnons considéraient le Traité de Hudaibiyah comme une défaite. Or, la révélation annonçait qu’ils entreront dans la Mosquée Sacrée en toute sécurité et que l’islam triomphera sur toute autre religion (48:27-28). Il promettait également que les Romains [Byzantins] obtiendront la victoire sur les Perses plusieurs années après leur propre déroute de 615 (30 : 2-5), ce que firent les Romains. Bien que hors du commun, le Prophète (Qu’Allah le bénisse et le salue) restait un homme qui pouvait se tromper sur des sujets ne relevant pas de l’islam ou de la révélation. Par exemple : • Il avait essuyé des critiques après avoir exempté certains hypocrites du djihad : [Qu’Allah te pardonne ! Pourquoi leur as-tu donné permission avant que tu ne puisses distinguer ceux qui disaient vrai et reconnaître les menteurs ?] (AT-TAWBAH, 9:43). • Il avait eu droit à des réprimandes suite à la bataille de Badr : [Vous voulez les biens d’ici-bas, tandis qu’Allah veut l’au-delà. Allah est Puissant et Sage. N’eût été une prescription préalable d’Allah, un énorme châtiment vous aurait touché pour ce que vous avez pris [de la rançon] (Al-Anfal 8:67–68). • Un jour, il avait dit qu’il allait faire quelque chose le lendemain sans ajouter “s’il plait à Dieu”. Et il en avait été mis en garde : [Et ne dis jamais, à propos d’une chose : “Je la ferai sûrement demain” ; sans ajouter : “Si Allah le veut”, et invoque ton Seigneur quand tu oublies et dis : “Je souhaite que mon Seigneur me guide et me mène plus près de ce qui est correct”] (Al-Kahf 18:23–24) • Lorsqu’il jura de ne jamais utiliser du miel ou boire du jus fait à base du miel, il avait eu droit à des remontrances : [Ô Prophète ! Pourquoi, en recherchant l’agrément de tes femmes, t’interdis-tu ce qu’Allah t’a rendu licite ? Et Allah est Pardonneur, Très Miséricordieux. ] (At-Tahrim 66:1). Dans d’autres versets, l’on ne manque pas de relever les limites de l’autorité du Prophète (Qu’Allah le bénisse et le salue) en soulignant ses hautes obligations et responsabilités. Il existe une nette différence entre le Messager (Qu’Allah le bénisse et le salue) et le message à lui révélé, une différence aussi claire qu’il en existe entre une personne et son Créateur. http://www.islamonline.net/