Get Adobe Flash player

رسالة اليوم من هدي الرسول

-          حدث في ذي القعدة:

بيعة الرضوان، وكانت في الحديبية قبل كتابة الصلح، وقعت مناوشة محدودة بين أفراد من المسلمين والمشركين، ورافق ذلك إشاعة أن المشركين قتلوا عثمان بن عفان وكان سفيراً للنبي في مكة، فبايع النبي (صلى الله عليه وسلم) أصحابه عند شجرة سمرة على أن (لا يفروا أبدا). وكان عددهم ألفاً وأربع مئة.

كتاب الرحمة في حياة الرسول

إقرأ مقالا من أكبر كتاب في العالم

فضل المدينة وسكناها

أضخم عمل عن الحرمين الشريفين

شاهد المدينة المنورة مباشرة

الرئيسية | Monthly archive

فبراير 2010

1. Il se faisait soigner et ordonnait à sa famille et à ses compagnons de se soigner en cas de maladie. 2. Il dit: "Allah ne fit descendre une maladie sans en avoir descendu son remède"(B). Il dit aussi: "Serviteurs d'Allah, soignez-vous!" (D, T, JA). 3. Il usait de trois sortes de remèdes: un: les médicaments naturels, deux: les médicaments divins, trois: un savant dosage entre les deux. 4. Il interdisait que l'on se soigne avec du vin et avec tout ce qui est immonde. 5. Il rendait visite à ses compagnons malades. Il rendit visite à un garçon des gens du Livre qui était à son service. Il rendit visite à son oncle mécréant. Il leur proposa tous les deux d'embrasser l'islam. Le Juif embrassa l'islam et son oncle déclina l'offre.

1. Il préférait partir en voyage le jeudi au début de la journée. 2. Il n'aimait pas que le voyageur aille seul la nuit et il détestait que l'on voyage seul. 3. Il ordonnait aux voyageurs s'ils étaient au nombre de trois de donner le commandement du convoi à l'un d'eux. 4. Quand il montait sur sa monture, il disait "Allah est le plus grand" trois fois puis disait; "Gloire à Celui qui a mis tout cela à notre service, alors, de nous-mêmes, nous ne serions pas parvenus. Certes, nous retournons vers notre Seigneur". Puis il ajoutait: "Seigneur, je Te demande de m'accorder la bonté et la piété dans mon voyage, et des œuvres, ce qui Te satisfait. Seigneur, rends notre voyage facile et fais qu'il soit rapide. Seigneur, nous nous réfugions auprès de Toi contre la peine du voyage, la triste apparence, et le mauvais retour aux biens et à la famille. Seigneur, accompagne-nous en voyage et succède à nous dans nos familles" (M). Quand il revenait de voyage, il ajoutait; "Nous retournons chez nous, nous nous repentons, nous adorons notre Seigneur et nous Le louons" (M)

1. Quand il était affligé, il disait: "Il n'y a de dieu qu'Allah, le Très-Grand, plein de mansuétude, il n'y a de dieu qu'Allah, Seigneur du Trône immense, il n'y a de dieu qu'Allah, Seigneur des sept cieux, Seigneur de la terre et Seigneur du Trône généreux" (S). 2. Quand il était tourmenté, il disait: "Ô le Vivant qui subsiste par lui-même! C'est de Ta miséricorde que je demande du secours"(T). Il dit: "Les invocations de celui qui est affligé: Seigneur Dieu, c'est Ta miséricorde que j'espère, ne me délaisse pas à moi-même un clin d'œil et améliore toutes mes affaires, il n'y a de divinité autre que Toi"(D). Quand il était affligé, il faisait la prière.

1. Quand il marchait, il basculait vers l'avant comme s'il dévalait d'une pente. Il marchait de la meilleure façon. Il se déplaçait à la fois en toute rapidité et en toute quiétude. 2. Il marchait nus pieds et chaussé. 3. Il montait à dos de chameau, de cheval, de mule et d'âne. Il montait à dos de jument avec ou sans selle. Il faisait monter (ses compagnons) devant ou derrière lui. 4. Il s'asseyait par terre, sur des nattes ou sur des tapis. 5. Il s'adossait à un coussin, tantôt à droite et tantôt à gauche.

. Il était le plus éloquent des gens et le plus prompt à réagir, son langage était doux, et sa logique agréable.
2. Il préférait garder le silence et ne parlait que s'il le fallait. Il évitait de s'immiscer dans ce qui ne le concernait pas et ne proférait que des propos dont il espérait la récompense auprès d'Allah.
3. Il utilisait toujours les termes les plus généraux et les mots les plus expressifs. Il détaillait son langage de façon à ce que l'on pouvait compter les mots qu'il utilisait et apprendre vite par cœur ce qu'il disait, tellement ses propos étaient dits ni trop rapidement ni de façon fort saccadée.

1. Il avait pour tradition de saluer les gens en arrivant et de les saluer en partant. Il recommandait aussi de saluer tout le monde. 2. Il disait: "Le plus jeune salue le premier le plus âgé, le passant salue celui qui est assis, celui qui est sur sa monture salue celui qui est à pied et le petit groupe salue le groupe le plus nombreux" (S). 3. Il saluait le premier celui qu'il rencontrait et si quelqu'un le salue, il répond à la pareille ou de plus belle sur le champs sauf s'il ne le peut pas, comme s'il est en prière ou s'il vaque à ses besoins naturels.

1. Il se parfumait beaucoup. Il aimait le parfum et ne le refusait pas. Le musc était son parfum préféré. 2. Il aimait se curer les dents et se curait à jeun ou pas à jeun. Il se curait en réveillant, lors des ablutions, au moment de prier et en entrant chez lui. 3. Il passait du Kohl aux yeux et disait: "Al Ithmad (kohl noir) est le meilleur Kohl. Il purifie la vue et fait pousser les cheveux" (D, JA). 4. Il se peignait parfois les cheveux et s'arrangeait seul la barbe. Aïcha s'en occupait parfois. Il avait pour tradition de laisser pousser ses cheveux ou de se les couper entièrement.

1. Il dormait tantôt sur une couchette, tantôt sur un tapis de cuir. Il dormait parfois sur une natte ou par terre, d'autre fois sur un lit. Sa couchette et son oreiller étaient en cuir tanné rembourrés de fibres de palmes. 2. Il ne dormait pas plus qu'il n'en avait besoin et ne se privait pas de sommeil nécessaire. 3. Il dormait au début du soir et se réveillait au dernier laps de la nuit pour prier. Il lui arrivait de veiller au début du soir pour vaquer aux intérêts des musulmans. 4. En voyage, quand il descendait la nuit pour se reposer, il se couchait sur le flanc droit et quand il descendait avant l'aube, il plaçait la tête sur la paume de la main.

1. Quand il sermonnait les musulmans, ses yeux rougissaient, sa voix s'élevait et sa colère grandissait comme s'il mettait en garde les musulmans contre l'invasion imminente d'une armée. Il disait: "Elle vous investira le matin ou le soir"(M). Il disait aussi: "J'ai été envoyé en messager, moi et l'heure (la fin du monde), comme ces deux-là", et il joignait l'index et la majeure. Il disait également: "Le meilleur propos est le livre d'Allah, la meilleure guidée est celle de Mohamed; paix et salut d'Allah sur lui, les innovations en religion sont les pires des choses et toute innovation en religion (Bidaa) est égarement" (M). 2. Il ne prononçait de sermon sans la commencer par la louange d'Allah.

1. Il ne manquait pas chaque jour de réciter un chapitre du Coran. 2. Il psalmodiait les saints versets et ne récitait pas à la hâte mis articulait bien chaque lettre. 3. Il coupait sa lecture en s'arrêtant à chaque verset et psalmodiait la sourate en allongeant substantiellement sa lecture. 4. Il allongeait les voyelles longues comme dans les termes "Arrahman" et "Arrahim". 5. Il prononçait la formule de refuge auprès d'Allah avant de débuter sa lecture et disait: "Je me réfugie auprès d'Allah contre Satan maudit". Il se peut qu'il dise: "Seigneur, je me réfugie auprès de Toi contre le diable maudit et contre sa calomnie, son souffle et son crachat"(D, JA).